Droit d’Option

Option PESTE ou option CHOLERA :

à vous de choisir !

 

Les études paramédicales ne cessent de s’allonger. Pourtant les salaires et la reconnaissance du niveau ne suivent pas.

En 2010 le gouvernement crée un chantage pervers : si les infirmières veulent accéder à la catégorie A, elles doivent travailler plus longtemps ! Des agents ayant le même diplôme et le même travail ont maintenant des salaires différents et des droits à la retraite différents…

Après une première victoire pour les infirmiers pompiers, revendiquons POUR TOUS l’égalité de traitement !

40 ans après…

Depuis 40 ans les études nécessaires pour obtenir un diplôme paramédical ne cessent d’augmenter. Pourtant à la clé, la reconnaissance de niveau et les rémunérations ne suivent pas.

Des 1974, il fallait Bac +3 pour obtenir un DE d’infirmière ; et elles continuent à stagner dans la catégorie B, considérées à Bac +2.

Jusqu’en 2010, où le gouvernement crée un outil diabolique : le droit d’option.

Pilule bleue ou pilule rouge ?

Pour reprendre avec la main gauche ce qui est donné avec la main droite, il est proposé un vilain chantage :

Si les infirmières veulent accéder, enfin, à la catégorie A et avoir une petite reconnaissance salariale, elles devront subir un allongement de carrière :

  • Age légal de départ repoussé à 62 ans, et 67 ans sans décote.
  • Plus de reconnaissance de la pénibilité (1 an pour 10 ans travaillés).
  • De nouvelles grilles avec des derniers échelons que peu atteindront.

Elles ont alors la possibilité de renoncer à ce choix, et de rester en catégorie B avec leur salaire de misère…

Les nouvelles diplômées n’ont pas le choix, et depuis 2012 intègrent d’office la catégorie A et sont classées sédentaires.

Pas d’embellie !
  1. Personne ne peut considérer que le métier d’infirmière n’est pas pénible ! Conditions de travail, pression, plannings, charge mentale, responsabilités. Cela  va même en s’aggravant…
  2. Et qu’il s’agisse des grilles de la catégorie B ou de celles de la A, les salaires proposés sont bien loin de la reconnaissance du niveau de qualification de nos professions réclamée par le personnel depuis tant d’années.
  3. Personne ne s’imagine des infirmières travaillant dans un CHU a 67 ans.
Vous avez dit égalité ?

Depuis 1972 la loi a introduit le principe « à travail égal, salaire égal ». Or nous avons maintenant des agents ayant le même diplôme et le même travail, qui ont des salaires différents, des droits à la retraite différents. C’est un non-sens.

De plus, comme le réclamait la CGT, un décret de 2016 permet aux infirmiers chez les sapeurs-pompiers de bénéficier du passage en catégorie A, tout en gardant le bénéfice de la pénibilité. Encore 2 poids et 2 mesures !

Notons que les infirmiers pompiers sont en majorité des hommes et les infirmières hospitalières sont en majorité des femmes… Le gouvernement doit impérativement s’engager dans une démarche d’égalité femmes-hommes !

Il doit rétablir immédiatement l’égalité de traitement pour toutes les IDE. Et par ricochet, les autres professions y gagneront toutes !

Tous concernés !

D’autres grades ont déjà subi le droit d’option : cadres de sante, ergothérapeutes, …

D’autres vont y venir bientôt : Manipulateur radio, Kinésithérapeutes, …

Même les catégories C sont menacées : il est fort possible qu’on leur propose un passage en catégorie B, contre la perte de droits pour la retraite.

Il est donc urgent de TOUS se mobiliser, nous avons tous à y gagner !

Revendiquons :

– Le passage en catégorie A pour toutes les professions de niveau Licence.

– Le niveau Master pour les infirmiers spécialisés.

– Le maintien de la catégorie active, de la pénibilité, pour toutes les professions qui le nécessitent (de + en + nombreuses).

– Le transfert des reconnaissances vers le secteur privé.

La CGT appelle l’ensemble de ces professions à se mobiliser et à participer aux actions :
– pour la reconnaissance salariale.
– pour la reconnaissance de la pénibilité.

 

⇒   Lire le dernier tract paru sur le sujet
⇒  Lire l’article sur l’illégalité du procédé 

 

[c1]

Imprimer cet article Télécharger cet article

RSS